Shaping the future of animal health
Groupe Virbac
Contact fondation Virbac

Pour plus d'informations sur nos actions dans ce domaine, écrivez-nous contact@fondation-virbac.org

 

Fondation Virbac : la santé animale au cœur de la santé des écosystèmes

Dans le cadre de sa mission de sensibilisation du grand public à la santé animale, la fondation Virbac apporte depuis 2015 son soutien à un programme de dépistage, contrôle et prévention de la tuberculose bovine et de la rage dans le parc du Gonarezhou au Zimbabwe.

Logo_fondation_VB.png

60% des maladies infectieuses humaines sont des zoonoses et 70% d’entre elles ont pour origine la faune sauvage. La pression démographique et la demande croissante en protéines animales conduisent dans certaines régions du monde à une proximité de plus en plus grande entre la faune sauvage, les animaux domestiques et les populations locales. Consciente des enjeux liés à cette interconnexion entre santé animale, humaine et environnementale, également appelée One Health, la fondation Virbac soutient depuis 2015 un programme de santé animale au cœur de l’écosystème du parc du Gonarezhou au Zimbabwe. 

 

carte_Limpopo.jpg

Les parcs transfrontaliers : des solutions d’avenir pour la conservation des écosystèmes
Depuis les années 90, une nouvelle génération d’aires protégées a vu le jour en Afrique avec la création de parcs transfrontaliers réunissant des parcs nationaux et des réserves situées dans des pays adjacents. Les frontières délimitant ces pays, souvent tracées dans un contexte d’après-guerre, ont parfois scindé des écosystèmes entiers. Le but de ces parcs est donc de restaurer une continuité écologique, économique mais aussi socio-culturelle entre ces zones protégées. En particulier, le Great Limpopo Transfrontier Conservation Area est un symbole pour la conservation de la faune en Afrique Centrale. Rassemblant les parcs nationaux du Kruger (Afrique du Sud), du Limpopo (Mozambique) et du Gonarezhou (Zimbabwe), il abrite la plupart des grands mammifères de la région dont certains sont menacés et représente donc une solution d’avenir pour la préservation de l’écosystème local. 

Tuberculose et rage : des zoonoses mortelles 
Chien_Zimbabwe.jpgDans le parc du Gonarezhou, les principaux risques sanitaires sont la tuberculose bovine et la rage. La tuberculose bovine est une maladie d’évolution très lente qui affecte tant les buffles sauvages que les bovins domestiques, et potentiellement l’homme, par consommation de la production des vaches infectées. Le risque de propagation est grand auprès de carnivores déjà menacés (lions, lycaons, etc.), notamment à cause du partage de certains points d’eau entre le bétail et la faune sauvage. La rage est également l’une des zoonoses les plus meurtrières. Depuis 2010, des cas de rage animale mais aussi humaine dans les communautés locales sont signalés de plus en plus fréquemment au Zimbabwe, alors que la maladie était jusqu’ici relativement contrôlée. 

Réduire les risques sanitairesVache_Zimbabwe.jpg
Diminution du risque de propagation et de transmission de ces zoonoses aux populations animales et humaines, prévention de l’émergence d’autres maladies et amélioration du statut sanitaire des communautés locales. Tels sont les principaux objectifs du programme soutenu par la fondation Virbac dans le parc du Gonarezhou. En 2015, outre le remplacement d’un réseau d’approvisionnement en eau pour le bétail des communautés locales, ce programme a consisté au dépistage de la tuberculose bovine chez les buffles et les bovins domestiques et à une campagne de vaccination contre la rage des chiens domestiques autour du parc. 

Des résultats encourageants… mais insuffisants
Le professionnalisme et la coordination des équipes vétérinaires intervenant sur le terrain ont permis l’échantillonnage de près de 100 buffles et de 300 bovins domestiques. Plus de 1000 chiens domestiques ont par ailleurs été vaccinés contre la rage. Enfin, l’installation d’une pompe à eau et la réhabilitation du système de drainage alimentant un abreuvoir pour le bétail sont en cours de finalisation. L’ensemble de ces actions de surveillance, dépistage et sensibilisation se poursuivront dans les mois à venir dans cette région du monde où plus que jamais il est nécessaire d’améliorer les conditions sanitaires des populations animales et humaines locales.