Shaping the future of animal health
Groupe Virbac

Chiffre d'affaires consolidé du troisième trimestre 2017

12-10-2017 

Communiqué

Virbac : chiffre d’affaires du troisième trimestre impacté par des effets de déstockage dans la distribution aux États-Unis

 

Chiffre d’affaires consolidé trimestrielPR17-Q3-01.gif
Le chiffre d’affaires de Virbac au troisième trimestre s’est élevé à 192,7 M€, en retrait de -10,9% (-9,4% à taux de change constants) par rapport à la même période de 2016. Ce fléchissement s’explique essentiellement par la situation aux États-Unis où les ventes ex-Virbac sur la période sont en net repli, du fait d’un déstockage important dans la distribution notamment sur la gamme Sentinel (réduction d’environ 20 M€ des stocks détenus par les distributeurs). En revanche, les ventes ex-distributeurs continuent de progresser globalement de +4%. Le chiffre d’affaires hors États-Unis progresse de +2,5% à taux de change constants porté par le dynamisme de l’Inde, du Chili et du Brésil ; et ce malgré le recul de la région Pacifique affectée par l’arrêt de produits antiparasitaires en Australie et une base de comparaison défavorable sur les gammes intramammaires en Nouvelle Zélande. 
 
Chiffre d’affaires cumulé à fin septembre
Il ressort à 630,2 M€ comparé à 646,2 M€ l’an dernier, en retrait de -2,5% et -3,5% à parité constante. 
 
Sur le plan géographique, aux États-Unis, l’activité à fin septembre affiche un net recul de -31%, dont -32% à taux de change comparables. Les ventes de la période sont fortement impactées par le déstockage des produits chez les distributeurs notamment sur la gamme Sentinel qui affiche un recul en ventes nettes ex-Virbac, bien que les ventes ex-distributeurs ne déclinent que très légèrement sur la période (-2%). Les ventes ex-Virbac de la gamme Iverhart sont en recul important, bien qu’elles continuent à progresser fortement au niveau des ventes ex-distributeurs (+63%). Cette progression reste néanmoins très inférieure aux prévisions. Les autres gammes reculent en ventes ex-Virbac, mais continuent de progresser en ventes auprès des cliniques (+12%). Le Groupe anticipe un réassort des distributeurs sur la fin de l’année qui les mettrait à des niveaux de stock semblables à ceux de fin 2016.
 
En dehors des États-Unis, le Groupe affiche une croissance organique de +2% (+3% à taux réels). L’Europe est globalement stable à changes constants, notamment en raison d’une activité en retrait sur les gammes vaccins et sur l’activité OTC.
Dans le reste du monde, la croissance organique continue d’être soutenue dans de nombreux pays émergents, en particulier au Brésil, au Mexique, et en Inde (retour à une croissance à deux chiffres sur le troisième trimestre après les effets de l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation fiscale). À l’instar du troisième trimestre, la région Pacifique est en recul à fin septembre.
Par ailleurs, les ventes au Chili sont en très légère croissance par rapport à 2016 avec une activité contrastée (gamme vaccins en progrès et gamme antibiotique en retrait).  
 
Sur le plan des espèces, le chiffre d’affaires dans le segment des animaux de compagnie est en recul globalement de -9,5% à périmètre et changes constants, ce qui reflète les impacts du déstockage aux États-Unis. Hors États-Unis, l’activité sur ce segment est stable à -0,7%, dont -0,4% de croissance organique. Les gammes les plus négativement impactées en comparaison à la même période en 2016 sont les antiparasitaires internes et externes et les vaccins chiens qui ont souffert de la réduction temporaire des capacités de production. À l’inverse, les gammes spécialités, dermatologie et hygiène continuent à progresser.
 
Dans le segment des animaux de production, l’évolution globale ressort à +6,6% dont +4,2% à changes constants. À taux et périmètre constants, tous les secteurs affichent une belle croissance respectivement de +4,6% en bovins, +3,1% en élevage industriel (porcs et volailles), et enfin +4,3% en aquaculture. 
 
Perspectives 
Comme la plupart des sites pharmaceutiques de Porto Rico, le site du partenaire du Groupe qui fabrique le Sentinel Spectrum a été affecté par les récents événements climatiques. Pour rappel, le transfert de la production du Sentinel Spectrum vers le site de St. Louis est entré dans la toute dernière phase. À noter que le Sentinel Tabs n’est pas fabriqué à Porto Rico. À ce jour, compte tenu des informations disponibles, le Groupe ne prévoit pas de ruptures d'approvisionnement de Sentinel Spectrum, ni au niveau des cliniques ni au niveau des distributeurs, ce qui dans ce dernier cas reste conditionné à l'acheminement dans les semaines à venir vers les États-Unis des produits fabriqués et présents à Porto Rico, lesquels n’ont pas subi de dommages.
 
Le Groupe confirme les perspectives pour l’année 2017 :
un chiffre d’affaires et un ratio EBITA  (résultat opérationnel courant avant amortissement des actifs issus d’acquisitions) sur chiffre d’affaires stables par rapport à 2016 à taux constants ;
une réduction de la dette de 30 à 50 M€.
 
PR17-Q3-02.gif

Retour

Partager sur Facebook Partager sur Google Imprimer la page Share on Twitter