Shaping the future of animal health
Groupe Virbac

Chiffre d'affaires consolidé du quatrième trimestre 2015

14-01-2016 

Communiqué

 

Chiffre d’affaires annuel en croissance de 10,2% tirée par les changes et les acquisitions

 

PR15-Q4-01.gif

Le chiffre d’affaires consolidé de Virbac au quatrième trimestre s’est élevé à 206,2 M€, en légère croissance de +1,0% par rapport à la même période de 2014 et en baisse de -10,3% à taux de change et périmètre comparables.
Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires ressort à 852,2 M€ comparé à 773,1 M€ l’an dernier, soit une croissance globale de +10,2%, dont +3,9% hors impact favorable des taux de change et -5,4% à périmètre identique. Les contributions sont très contrastées entre les États-Unis et le reste du monde.

Aux États-Unis : le chiffre d’affaires réalisé au quatrième trimestre s’est élevé à 36,4 M$, une baisse de -3,6% par rapport à l’an dernier, mais une hausse de +9,6% par rapport au troisième trimestre. Cette légère amélioration provient du portefeuille historique avec notamment le retour des premiers lots d’Iverhart Plus sur le marché en décembre.
Sur l’ensemble de l’année, la croissance aux États-Unis a atteint +9,3% en USD. A périmètre comparable, l’activité historique est en baisse très marquée (-60%) du fait de l’interruption des fabrications et livraisons au départ de l’usine de Saint Louis. Elle se situe, avec 55 M$, juste au milieu de la fourchette initialement estimée en septembre (50 à 60 M$), du fait d’un processus de libération des lots d’Iverhart Plus fabriqués plus lent que prévu. A l’inverse, les produits de la gamme Sentinel acquise en début d’année ont réalisé une très bonne performance avec un chiffre d’affaires de plus de 94 millions USD.
 
Hors États-Unis : le chiffre d’affaires réalisé au quatrième trimestre ressort à 172,8 M€. La croissance organique est de -1,4%, fortement pénalisée par le recul apparent de l’activité en France (hausse conjoncturelle en fin d’année 2014 liée au stockage des produits à base d’antibiotiques par les distributeurs). Hors France, la croissance organique s’élèverait à +1,4%.

Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires hors États-Unis ressort à 717,2 M€ comparé à 669,6 M€ l’an dernier, soit une croissance globale de +7,1%, dont +3,0% de croissance organique.
Toutes les régions contribuent à la croissance à l’exception de la France (baisse des ventes d’antibiotiques évoquée précédemment).
Hors France, la croissance organique est ressortie à +5,4%, dont +4,2% en Europe et +6,3% dans le reste du monde.

Sur le plan des espèces, le segment des animaux de compagnie, hors États-Unis, progresse de +6,4% à parités constantes grâce à une activité soutenue en Europe (+5,3%), tout comme dans le reste du monde (+9,0%). Cette bonne performance est due à la montée en puissance des nouveaux produits lancés récemment en Europe, notamment les antiparasitaires pour animaux de compagnie Effitix et Milpro, et dernièrement au lancement de la nouvelle gamme nutrition. Les gammes dermatologie et reproduction contribuent également à ce niveau de croissance soutenue.

Le segment des animaux de production connaît une évolution faible: -0,1% à taux et périmètre constants. La croissance est restée tirée plus particulièrement par les pays émergents et les grands marchés (Australie, Nouvelle-Zélande), tandis que l’activité en Europe est en baisse, marquée dans les deux secteurs bovin et industriel (porcs-volailles) par la réduction des ventes d’antibiotiques en France.

Perspectives
La contribution des États-Unis au résultat opérationnel du Groupe sera inférieure à celle anticipée lors de la publication des résultats du premier semestre, le rythme de baisse  des coûts exceptionnels de remédiation étant moins rapide qu'attendu. En conséquence, le résultat opérationnel ajusté du groupe au second semestre ne devrait pas progresser substantiellement, mais plutôt rester proche de celui du premier semestre.
Par ailleurs la filiale américaine a finalement reçu, en toute fin d’année, une warning letter de la FDA ; celle-ci n'apporte pas d'éléments nouveaux par rapport au rapport d'inspection reçu un an plus tôt. Elle reconnaît les efforts engagés depuis un an pour améliorer la performance qualité sur le site de St. Louis, mais souligne la nécessité pour Virbac de s'assurer de leur pérennité. Toutes les ressources engagées depuis un an visent cet objectif.  Le retour du statut de conformité du site aux bonnes pratiques  de fabrication (cGMP) reste conditionné, comme indiqué précédemment, à une nouvelle inspection du site par la FDA. Le statut actuel n'empêche pas les fabrications et libérations de produits, mais il gèle les variations des dossiers d'enregistrement existants et l'obtention de nouveaux enregistrements.

PR15-Q4-02.gif

Retour

Partager sur Facebook Partager sur Google Imprimer la page Share on Twitter