Shaping the future of animal health
Groupe Virbac

Résultats annuels 2014

16-03-2015 

Communiqué

 

Des résultats 2014 en croissance après un fort second semestre

 

 

Croissance de 5% du chiffre d’affaires. Après un second semestre très positif, Virbac a enregistré en 2014 une croissance réelle de +7,0% et une croissance organique de +6,3%. L’évolution très défavorable des parités monétaires qui a dominé durant le premier semestre a commencé à s’inverser dans la seconde partie de l’année, limitant un peu l’impact des changes sur la croissance totale, qui s’est élevée globalement à +5,0%.
Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires du Groupe a augmenté de manière significative dans toutes les régions du monde à l’exception des États-Unis, impactés par l’absence d’Iverhart Plus avant sa réintroduction sur le marché début juillet.

Augmentation de 3,9% du résultat opérationnel. La performance financière du Groupe au second semestre a été, comme prévu, beaucoup plus élevée qu’au cours du premier semestre grâce à l’accélération de croissance générée durant cette période et à un environnement des changes plus favorable. Du fait de ce rebond, le résultat opérationnel annuel ressort à 109 M€ contre 104,9 M€ en 2013, une hausse de +3,9% et un niveau relatif, en pourcentage du chiffre d’affaires, très proche de celui de 2013.
Cette bonne performance d’ensemble a été favorisée par une évolution modérée des frais opérationnels et l’effet de levier de la croissance des ventes, tout en restant négativement impactée par les changes. En même temps certains facteurs ont pesé
moins positivement sur la marge globale, comme l’augmentation de la base de coûts de production due au démarrage de la nouvelle unité de fabrication de produits stériles injectables en France; et le poids relatif moindre, dans le portefeuille global du Groupe en 2014, d’activités ou de marchés à forte marge comme l’aquaculture au Chili et les États-Unis.

Résultat net – part du Groupe en hausse de 5,1%. Le résultat net – part du Groupe -  après déduction des frais financiers, de l’impôt et des intérêts minoritaires, s’élève à 63,6 M€, soit une hausse de +5,1% par rapport à l’exercice 2013.

Une structure financière solide. La légère hausse de l’endettement net consolidé en 2014 est due aux règlements effectués sur des acquisitions récentes, essentiellement Centrovet au Chili, au titre des clauses contractuelles d’ajustement de prix. En dehors de ces éléments les besoins opérationnels ont été sensiblement moindres qu’en 2013, grâce à la baisse du niveau d’investissements après la fin de deux projets industriels majeurs en France et au Mexique. La structure financière du Groupe est très solide et lui permettra de financer par de l’endettement complémentaire l’acquisition de produits aux États-Unis concrétisée début janvier avec Lilly.

Perspectives 2015.
Avec la dynamique générale du marché mondial de la santé animale et la montée en puissance des produits lancés récemment, en premier lieu en Europe mais également dans d’autres régions, le Groupe pourrait connaître une croissance organique en 2015 comparable à celle de 2014. En outre, les taux de change auront une incidence positive sur la performance globale si les tendances observées récemment, avec la baisse de l’Euro, se confirment.
L’évolution du Groupe au premier trimestre sera toutefois en partie masquée par un faible niveau d’activité aux États-Unis. La filiale américaine a en effet interrompu ses fabrications et livraisons au départ de son usine de St. Louis (Missouri) en début d’année, afin de renforcer et d’accélérer la mise en œuvre de son plan d’amélioration des procédures de validation et d’assurance de qualité, dont certaines faiblesses ont été révélées par une récente inspection des autorités réglementaires américaines. Les livraisons doivent reprendre graduellement dans le courant du mois de mars et la production à partir d’avril.
La contribution de la gamme Sentinel acquise aux États-Unis - qui n’est pas concernée par le point précédent et dont les ventes à fin février ont atteint 25 M$ - sera en revanche très positive sur la croissance des ventes et des résultats du Groupe sur une base ajustée. Sur le plan des résultats reportés, l’application des principes comptables IFRS relatifs aux regroupements d’entreprise génèrera toutefois des amortissements annuels significatifs ainsi que, la première année, une charge ponctuelle due à la réévaluation comptable des stocks acquis. Ces écritures viendront diminuer les profits générés; leur effet total est en cours d’évaluation par le Groupe.

Retour

Partager sur Facebook Partager sur Google Imprimer la page Share on Twitter